Visite privée

Le luxe

est dans le détail

Pour ce numéro d’hiver, nous vous ouvrons les portes d’un appartement d’exception. Par sa taille et son emplacement, d’abord : il s’agit d’un appartement de 145 m², dans le quartier de l’ancien palais de justice. Mais aussi par la qualité de sa restauration : dans ce lieu, chaque chose a été pensée pour être à la fois belle et pratique. C’est la définition même du design, dont les propriétaires sont passionnés.

Dès l’entrée dans l’appartement, le ton est donné. Ici, les partis pris sont tranchés. On ose. On ose le noir total. Moquette, murs, rideaux, plafond, la non-couleur est partout. Mais grâce à un travail remarquable effectué sur la lumière – une lumière dorée, chaude, qui transpire des niches créées dans les murs ou des lampes posées au sol -, l’endroit se transforme en cocon accueillant. Une sorte de sas de décompression. On laisse l’extérieur à la porte. Naturellement, le regard, qui glisse sur le radiateur ancien en fonte, le fauteuil Le Corbusier et la magnifique photo de l’artiste argentine Romina Ressia, est attiré vers les flots de lumière qui arrivent de la pièce de vie.

 

 

 

Dans le séjour, trois grandes portes-fenêtres donnant sur le balcon laissent entrer le jour. La restauration soignée du lieu joue totalement avec les codes de ces appartements, nés au XIXe siècle. On y retrouve un parquet en chevrons, des boiseries, des moulures. Plutôt que de tout recouvrir et de doubler murs et plafond, l’architecte a joué sur les volumes. Le nouveau plafond, qui intègre l’éclairage, est ajouré. Il laisse transparaître l’ancien volume, peint en gris, et des rosaces et moulures joliment soulignées. Dans la continuité de ce travail, ce plafond s’arrête juste avant les ouvertures. Cela apporte une vraie légèreté, et le sentiment que cet aménagement ne peut être que transitoire, que le lieu pourrait retrouver ses anciens volumes.

 

 

La cuisine, elle, joue totalement la carte du blanc. Elle aussi éclairée par une grande porte-fenêtre, la cuisine est agencée avec meuble qui utilise toute la hauteur disponible. Le plan de travail en Corian® apporte une vraie légèreté à l’espace. La pièce dessert à la fois le salon et la suite des propriétaires.

 

 

 

 

C’est dans ce cadre à la fois contemporain et respectueux du passé que les propriétaires ont pu laisser libre court à leur passion du beau. Toutes les pièces s’intègrent parfaitement dans une ambiance créée par les contrastes entre le blanc et l’anthracite.

Dans une alcôve, un coin bureau a trouvé sa place. Traité comme l’entrée, avec des murs très sombres mais un plafond blanc, il se détache du séjour tout en s’y inscrivant parfaitement.

On retrouve dans cette chambre, qui ouvre elle aussi sur la place Aristide Briand, le même souci du détail. Les couleurs se font moins tranchées, la moquette apporte un confort immédiat. Entre la chambre et la salle de bains, un large dressing trouve sa place. Dans la pièce d’eau, voilà à nouveau le contraste très fort entre le noir et le blanc. Ici, pas de double vasque, mais un très large plan qui permet de disposer tout son nécessaire, confortablement.

Les trois autres chambres de l’appartement s’articulent autour du patio. Une chambre d’enfant, qui joue avec le bleu nuit et le jaune, est pleine de vie. Elle possède sa propre salle d’eau, qui inverse les codes couleur.

 

 

  

Dans la chambre qui ouvre sur la cour, chaque mètre carré a été parfaitement utilisé pour intégrer également une salle d’eau, derrière une verrière. Des meubles ont été disposés autour de la fenêtre, sous laquelle ils viennent former un banc agrémenté de coussins. De quoi rêver, vue sur les toits de Nantes, sous le regard de la tour Bretagne.

La dernière chambre de l’appartement, qui accueille les hôtes de passage, ouvre sur le patio. L’espace, un peu contraint, a été pensé comme une chambre d’hôtel avec d’immenses rangements sous le lit. Un soin du détail porté à son paroxysme, à l’image de cet appartement d’exception.

Cet appartement est présenté avec la

complicité de l’agence immobilière

François et François

(10 rue Kléber, Nantes)

Accueil > Déco > Le luxe