L’aventure Tom Clippertown

débute

Portrait

Tom Clippertown, c’est la nouvelle marque de prêt-à -porter masculin qui s’adresse à  l’aventurier moderne. Les premières pièces sont arrivées dans les magasins début octobre. Le nom est un clin d’oeil à  l’île française de Clipperton, perdue dans le Pacifique et aujourd’hui déserte. Un endroit de rêve qui fleure bon les grands espaces. L’homme Clippertown n’est pas pour autant un baroudeur. Au plutôt, c’est un baroudeur du quotidien. Il aime être à  l’aise en toutes circonstances et accessoirement, il ne veut rien sacrifier à  l’élégance. Rencontre.

« C’est plutôt un voyageur élégant, précise la Nantaise Alice Quéméneur, créatrice de mode et co-fondatrice de Tom Clippertown avec Angéline Tanguy-Brunet. Nous voulons un vêtement très élégant que l’on a envie de porter tout le temps. Nous avons fait une vraie recherche au niveau du textile et du côté pratique des formes, » souligne-t-elle.

Le gilet – à  capuche amovible ! – est par exemple pensé pour accueillir portefeuille, portable, carte bancaire dans des poches intérieures. Il y a même un passant pour le kit-piéton. La marque de fabrique d’Alice Quéméneur a toujours été son attachement à  la perfection des finitions. « C’est vrai qu’il y a une recherche dans tous les détails, admet-elle, il y a par exemple un passepoil au niveau de la première boutonnière ou des boutons en corne véritable. L’homme recherche beaucoup ces subtilités, ces finitions fines que l’on peut apporter. »

Le retour du noeud pap

La clientèle visée commence avec les trentenaires qui aiment prendre soin d’eux et de leur image. « On voit bien qu’aujourd’hui plus encore qu’il y a quelques années, la recherche de l’élégance, un côté British et savoir-faire à  la française. »

Au-delà  du gilet, décliné en de nombreuses matières et coloris, la marque propose un trench et bientôt des vestes trois-quart, des blazers et bien entendu des redingotes qui sont la signature de la créatrice. Tom Clippertown propose aussi des pochettes et des noeuds papillons. « Le noeud papillon revient en force avec ce retour de la recherche de l’élégance. Il peut être habillé ou plus simple. On peut même le porter décalé, avec un jean, c’est très sympa, » assure-t-elle. Tous ces accessoires sont fabriqués en France, les pièces à  manche en Europe. Tom Clippertown se concentre sur les concept stores, là  où les hommes qui ne veulent pas ressembler à  tout le monde peuvent faire leur choix.

Vêtements et accessoires en vente à  La Station, 21 rue Crébillon.

Accueil > Mode > L’aventure Tom Clippertown