Mode

Pluume

des sacs éthiques et poétiques

Des sacs féminins pop mais pas too much, classiques mais pas ringards, voilà ce que propose Clémentine Lacroix avec sa marque Pluume. Elle prône surtout une démarche éthique et ne veut pas sacrifier ses valeurs.

Pluume évoque la légèreté et la poésie ; pour Clémentine Lacroix, sa fondatrice, c’est aussi un côté féminin assumé avec des touches de paillettes, du rose poudré et du ton sur ton. « Je suis très girly, sans ne jurer que par le rose ! Mon souci, c’est que je ne trouvais pas de sacs qui me ressemblaient : soit ils étaient trop classiques, soit trop fantaisistes ». D’où l’idée de créer sa première collection. « La création m’a toujours attirée. J’adore pouvoir imaginer le petit détail qui change tout ». Pourtant, Clémentine ne se considère pas comme créatrice. Elle connaît ses limites : elle peut dessiner ses produits, mais pas les réaliser. « C’est pour cela que j’ai du mal à me dire créatrice ».

Cet aspect va pousser Clémentine à chercher un atelier de couture local pour mettre en forme ses sacs. « J’ai longtemps cherché, sans trouver ce que je voulais. Et puis, ma maman m’a parlé des ÉSAT ». ÉSAT, pour Établissement et service d’aide par le travail. En clair, une structure qui permet aux personnes reconnues avec une déficience intellectuelle légère ou moyenne de travailler. La jeune femme rencontre les personnes de l’ÉSAT Marie Moreau à Saint-Nazaire, et c’est le déclic. « Avec la cheffe d’atelier, on a pris le temps de former Sophie et Miguel, les personnes qui allaient assembler mes sacs. Au début, ils pensaient qu’ils n’allaient pas y arriver. Petit à petit, ils ont pris confiance et le temps de fabrication est devenu plus rapide », raconte Clémentine.

Clémentine est très fière de cette collaboration. « Ma manière de faire et mon discours ne changeront pas. Surtout après les retours très positifs de mes clientes ». Car Clémentine explique sa démarche. « Il arrive que certaines personnes ne comprennent pas. Mais en général, l’accueil est très bon. Surtout, je n’ai jamais vu de clients revenir avec un sac parce qu’il y avait un problème ».

La jeune femme se nourrit des rencontres, des encouragements et de la bienveillance de son entourage. « Cette boutique me permet de rencontrer des gens et ça m’apporte beaucoup ». Et des rencontres, Clémentine en fera encore beaucoup d’autres dans quelques mois, lors du salon Maison et Objets (du 7 au 11 septembre à Paris) auquel elle va participer pour la première fois avec Pluume.

Pluume
63 avenue du Général de Gaulle, Pornichet
06 27 19 63 27
Instagram Site internet / Facebook 

Accueil > Mode > Pluume