Rencontre

Le dessin comme plaidoyer

« Paye ta robe ». Le 8 mars, journée Internationale des droits de la femme, le barreau de Nantes – qui compte 60% de femmes – a dévoilé une exposition coup de poing qui dénonce stéréotypes et propos sexistes relevés par les avocates. Même en robe, les hommes ont parfois du mal à intégrer que le monde a changé. L’expo reprend les dessins de Léna Bojko avocate/dessinatrice qui a mis en image les témoignages de ses consœurs.

Avez-vous déjà eu le sentiment qu’être une femme était un frein dans votre métier ?
A titre personnel, ça m’est rarement arrivé. Parfois au cours des entretiens pour une collaboration et intégrer un cabinet, il peut arriver que l’on nous dise :

“Est-ce que vous avez envie d’avoir bientôt des
enfants ? Parce que moi je cherche quelqu’un qui a envie de travailler, j’ai pas envie de quelqu’un que je vais payer à partir en vacances pendant 4 mois”.

Ça, c’est vraiment quelque chose que j’ai entendu directement. Après, tous les dessins que j’ai faits sont inspirés de situations réelles, c’est-à-dire que les phrases sont de vraies phrases entendues et partagées par mes consœurs, j’ai souvent repris les propos tels quels, sans les changer.

Et quelle est votre façon, à vous, de réagir face à un acte de sexisme au travail ?
Sur le coup parfois on est un peu estomaquées, donc on ne réagit pas souvent immédiatement. Ma manière de réagir, c’est d’utiliser ce que j’ai pu entendre pour faire un dessin, qui dénonce précisément ce type de propos. Il m’est déjà arrivé de l’envoyer à la personne qui avait eu ce genre de comportement. Je n’ai jamais eu de retours là-dessus, mais bon je me dis que peut-être ça a pu faire réagir l’avocat en question. Après, avec toutes les initiatives qu’il y a en ce moment, je pense que les gens sont quand même de plus en plus sensibilisés et peut-être que certaines consœurs arrivent plus facilement à réagir au quart de tour.

Quel impact pensez-vous que cette exposition peut avoir ?
L’idée de ces panneaux, c’est de faire réfléchir. Il faut qu’ils participent à faire évoluer les mentalités. Le problème du sexisme ne concerne pas que le métier d’avocat, mais les changements tardent particulièrement à venir dans notre profession.

Un petit mot sur votre site  “Le Dîner de la Cigogne” ?
C’est un site sur lequel je poste des dessins satiriques sur la justice. J’ai commencé à dessiner quand j’étais à la fac. L’idée est de montrer la vie du monde de la justice sous un autre angle, dessiner pour critiquer certains abus mais en le faisant de manière humoristique pour que le message passe plus facilement. Et puis, c’est aussi un moyen de se défouler, car contrairement aux apparences, le métier d’avocat est parfois très difficile.

 

 

 

 

 

Léna Bojko 

 

 

Accueil > Société > Le dessin comme plaidoyer