Visite privée

Château de famille

Renaissance spectaculaire

Christian et Émilie ont vu les choses en grand pour la maison de famille dans laquelle ils rêvaient d’élever leurs trois garçons. Ils ont craqué pour une maison de maître de 1832, en périphérie d’Angers. Un château délaissé depuis des dizaines d’années à qui il a fallu donner une nouvelle vie. Découverte.

Des carreaux cassés, la plomberie inutilisable, un chauffage quasi-inexistant… C’était loin d’être la vie de château, quand Émilie, Christian et leurs trois garçons ont emménagé dans cette vaste demeure. « Il y avait également toute une faune à l’intérieur, s’amuse – avec le recul – Christian. Il y avait des oiseaux, des chauves-souris, des souris, des coccinelles… Mais les travaux ont fait le ménage. » Ils ont vécu dans la maison pendant un peu moins d’un an avant le début des travaux.

« Malgré les conditions un peu spartiates, nous voulions avoir le temps de prendre possession des lieux, de mûrir le projet. Prendre des décisions sur plan uniquement, ce n’est pas facile. Et puis, aujourd’hui, on n’en garde pas un mauvais souvenir. On s’adapte à tout », sourit-il.

La surface au sol de chaque étage est de 200 m². Il a été décidé de ne pas toucher à la circulation entre les différentes pièces, qui se fait assez naturellement. « Nous voulions conserver le charme de la vieille pierre et réussir ce mélange entre le moderne et l’ancien. Nous souhaitions une harmonie entre le XIXe et le XXIe siècle. »

Au rez-de-chaussée, la seule modification d’importance a lieu autour de la cuisine. Elle est réunie à l’ancienne chapelle. Les vitraux en ont été soigneusement restaurés. Ils confèrent au lieu d’une atmosphère unique.

« C’est vrai que cette lumière, un mélange d’or et de rouge, apporte beaucoup de chaleur. Pour restaurer et agrandir les vitraux, nous avons fait appel à l’entreprise Barthe-Bordereau, à Angers. Lorsqu’ils se sont déplacés, ils ont eu, comme nous, une sacrée surprise : sous la poussière du temps, ils se sont rendu compte que c’était leur entreprise qui avait réalisé les vitraux, à l’époque. C’était un pur hasard. Mais un hasard heureux. »

Ces vitraux, qui donnent toute son âme à la pièce, dialoguent remarquablement bien avec la cuisine et son plan de travail en granit noir et ses meubles blancs. C’est aujourd’hui l’une des pièces préférées de la famille, et même des amis qui viennent partager un apéro.

Les pièces de réception ont conservé leur volume. On passe de la salle à manger à un salon bibliothèque, puis à un troisième espace aujourd’hui réservé aux enfants. Tous les ouvrants ont été changés. La lumière pénètre à flots au travers de ces fenêtres par norme. Au sol, le parquet a pu être conservé une fois traité. Avec lui, toute l’histoire du lieu résonne encore.

À l’étage, la famille a pris ses aises. On ne parle pas ici de la partie des enfants, mais du « pôle enfants ». « L’idée était de travailler ici un peu l’esprit d’équipe, s’amuse le papa. Ils peuvent passer du temps ensemble, d’une chambre à l’autre. Nous n’avons pas voulu trop cloisonner les lieux pour que les échanges se fassent naturellement, qu’ils s’organisent comme ils en ont envie ». Ils se partagent une grande salle de bains baignée de lumière. La très bonne idée a été de faire sauter la cloison qui donne sur l’escalier, et d’y installer un verre dépoli. Cela permet d’apporter une lumière naturelle jusque sur le palier.

  •  

     

    Suite parentale

  •  

     

    Salle de bain de la suite parentale

Dans la suite parentale, le couple a souhaité profiter pleinement de l’espace. Il a installé une grande salle d’eau avec une douche à l’italienne au style épuré. La dernière pièce, la chambre d’amis, possède elle aussi sa salle de bains.

C’est au deuxième étage que se situe la dernière surprise de cette demeure. Une immense salle de cinéma.

Elle mesure 90 m², près de la moitié de la surface de l’étage. « Là, c’est vrai que j’ai vu les choses en grand, sourit Christian. J’ai même décidé de l’agrandir au cours du chantier. Frédéric Rambaud, de Home High-Tech, à qui nous avons fait appel, a dû recalculer tous les emplacements et toutes les puissances sonores. Mais c’est aujourd’hui un vrai plaisir de pouvoir profiter d’une projection à plusieurs, en famille ou avec les amis ou leurs enfants. Je ne regrette vraiment pas. » L’écran est large de cinq mètres, et le son au moins aussi bon que dans un cinéma.

« Aujourd’hui, je suis vraiment content, nous avons voulu jouer vraiment le côté « salle de ciné » avec le noir, le rouge, l’ambiance que l’on retrouve dans les vieilles salles. Il nous manque juste quelques fauteuils dans cet esprit. »

Le parc d’1,2 hectare fait le bonheur des enfants. Ils peuvent gambader en toute liberté et aller voir les sept moutons adoptés par la famille, qui servent de tondeuses écolo, et d’animaux familiers. Le terrain a la chance de bénéficier de grands arbres : un séquoia majestueux âgé de plus de deux cents ans, ainsi que plusieurs vieux cèdres du Liban. Le rêve pour une famille.


Accueil > Déco > Château de famille