Rencontre

Soirées Poma

L'esprit de la fête est là

Un joli lieu toujours différent, un bon DJ, du monde et… des bonbons. Ce sont quelques-uns des secrets de Pénélope pour organiser ses soirées POMA.

Découverte. 

« Très égoïstement, j’ai voulu créer ces soirées pour moi, en fait, s’amuse Pénélope. Je voulais pouvoir danser à dix heures du soir et être chez moi, dans mon lit, à deux heures. Parce que les boîtes, c’est sympa, mais attendre deux heures du mat’ pour qu’il commence à y avoir de l’ambiance, j’ai plus le courage. » 

Ces soirées, organisées le jeudi ou le vendredi, s’adressent plutôt à des quadras qui ont envie de s’amuser… et de se lever le lendemain matin. « C’est vrai que cette tranche d’âge, autour de quarante ans, s’est décidée un peu toute seule, assure Pénélope. C’est sans doute que le son, la communication, attire davantage cette tranche d’âge là. » En moyenne, ce sont cent cinquante personnes qui viennent discuter un peu et danser beaucoup. « Ma volonté, c’était que l’on puisse venir seul à ces soirées. Quand on a le même âge, les mêmes goûts musicaux, les rencontres se font facilement. » Dans cette ambiance bon enfant, on ne vient pas forcément pour draguer.

« On fait des rencontres, mais ce n’est pas un club de rencontre ou un club « business ». C’est un endroit où on vient s’amuser, se défouler. C’est aussi pour cela que pas mal de femmes viennent : elles savent qu’elles seront tranquilles. »

D’ailleurs, il vient plus de femmes que d’hommes lors des ces rendez-vous mensuels. 60% de femmes, beaucoup d’habitués. La recette fonctionne. « C’est aussi pour cela que je ne veux pas multiplier ce genre de soirées, pointe Pénélope. Il faut un peu de rareté, et puis, en même temps, se dire que l’on peut se rattraper le mois suivant si on en loupe une. » Il faut réserver les billets à l’avance, en suivant les liens postés sur les réseaux sociaux. Pour un « paf » de 20 euros, on décroche l’entrée, un verre et un amuse-bouche ainsi qu’une entrée à L’Éléphant Club, pour ceux qui veulent continuer la fête plus loin dans la nuit. Le seul problème de Pénélope, qui accueille personnellement tous les participants, c’est qu’elle n’a pas le temps de danser. C’est moche. « C’est vrai, mais ma récompense, c’est que les gens sont à l’aise, contents d’être là. C’est ça qui compte », sourit-elle.

Après les soirées, les vacances

Passer deux, trois ou quatre jours en Europe, entre filles ou pas, c’est le prochain défi de Pénélope. Elle veut prolonger l’esprit festif lors de week-end prolongés à prix raisonnables. Avec la complicité de Rtrip, on pourra par exemple découvrir Barcelone en bande, ou s’approprier un riad à Marrakech. Stay tuned.

POMA – Nouvelles Soirées Nantaises

 

 

 

Accueil > Société > Soirées Poma