Et si on parlait

argent ?

Interview

Pas noces d’argent mais argent des noces. Un temps de fête et de joie, tel est le jour du mariage. Un moment exceptionnel bien sûr mais qui a sa facette moins glamour : le coût final. Jongler avec les tarifs et la coordination des multiples prestataires et intervenants relève souvent du casse-tête chronophage. Le métier de wedding planner, organisateur de mariage, est né de ce constat et s’est considérablement développé aujourd’hui. Alors parlons argent avec l’une des plus réputées, Patricia Dagnaud, alias Chrysa Lys, basée dans le Morbihan.

Comment fonctionne un wedding planner ?

Patricia Dagnaud : Le métier est facile à définir puisqu’il s’agit de préparer le mariage avec le couple et ses proches. Ensuite, se pose la question du coût de la prestation et, là, on trouve de tout ! Certains wedding planners demandent à être rémunérés sur un pourcentage du coût final du mariage, d’autres exigent un forfait modique et négocient des commissions pour leurs comptes avec les fournisseurs… C’est ce que j’appelle les méthodes ‘à la parisienne’ qui sont toujours au détriment des mariés. Moi, comme d’autres professionnelles en régions, j’ai adopté des formules à prix fixes selon la prestation attendue et les ristournes obtenues vont au bénéfice des mariés. Je me suis personnellement fixée un maximum de 15 mariages par an afin de tous bien les assurer de façon sereine et depuis mon installation en 2013, je m’y tiens.

Comment calculez-vous le prix d’un mariage ?

PD : Ma prestation est incluse dans le prix final que je calcule par invité adulte quel que soit le nombre de personnes. A 150€ par adulte, tout compris des faire-part au repas en passant par l’animation et mon travail, on peut avoir un gentil mariage basique. Mais je préconise un budget minimal de 200€ qui permet davantage d’originalité et de fantaisie… sans mauvaise surprise budgétaire après coup. Il y a des dépenses fixes auxquelles on ne peut échapper et qui resteront les mêmes selon le nombre de personnes, comme la location de la salle, le DJ, le photographe, la robe de mariée, les alliances ou la voiture. Par contre, lorsque je peux négocier une remise d’un fournisseur, l’imprimeur ou le traiteur par exemple, elle va réduire le coût par invité et n’entre pas dans ma poche comme d’autres le font.

Vous avez donc des prestataires attitrés ?

PD : Je travaille sur les cinq départements de la Bretagne historique [NDLR Côtes d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique et Morbihan] et j’ai un carnet d’adresses étoffé sur chaque secteur. Je propose toujours aux mariés un choix entre plusieurs prestataires installés à proximité du lieu de leur fête. Imaginez un problème de son pour un DJ, un souci de couverts pour un traiteur… s’il vient de près, il pourra régler le problème facilement en un coup de voiture. Je suis souvent sollicitée par exemple par des photographes parisiens et je ne fais pas appel à eux car, hormis le prix du déplacement, ils ne pourraient assurer un problème technique de dernière minute sur place qui est toujours possible. De toute façon, au final, c’est le couple qui tranche entre les prestataires que je propose selon leurs envies ou goûts. Moi, je m’assure que ça reste dans le cadre du budget prévu au départ.

Même intégrée dans le coût final, votre prestation n’est peut-être pas forcément à la portée de tous ?

PD : Je propose 5 forfaits* mais j’ai intégré dans ma conception du métier une proposition de simple conseil. A savoir que je réunis 3 à 6 couples volontaires sur une ville proche de leur localisation pour un ‘wedding coach’. Durant 3 heures dans la bonne humeur, je leur explique la définition du budget de leur mariage, la création du retro-planning qui permet de ne rien oublier, la conception du planning du jour J, la façon de comprendre les devis et éviter les pièges, l’aménagement des espaces de réception et la décoration, les idées tendance pour surprendre ses invités… A l’issue de la réunion, chaque couple repart avec un dossier complet reprenant l’ensemble des informations, une liste de prestataires ainsi que toutes les bonnes adresses et bons plans. Ces sessions sont organisées les samedis de novembre à février sur Vannes, Lorient, Ploërmel, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire et Nantes. Je facture ce service 200€ par couple et libre ensuite à lui de tout gérer à sa convenance avec ses proches ou de revenir vers moi. C’est, je crois, un moyen de se libérer l’esprit à moindre coût avant d’engager toutes les démarches et investissements nécessaires à ce grand jour.

Y-a-t’il des pièges financiers basiques à éviter ?

PD : Se méfier de deux choses. 1- Ce n’est pas parce que la prestation est chère qu’elle est forcément meilleure. 2- Ne pas sauter sur celui qui propose le prix le plus bas. Par exemple, un photographe qui demande 400€ pour couvrir le mariage, c’est tentant mais fatalement ça veut dire que soit il n’est pas professionnel, soit il n’a pas tout le matériel adapté et en quantité. Et un appareil qui tombe en panne durant la cérémonie, ça arrive. A environ 1200€ cette prestation, cela est raisonnable et on envoie promener ceux qui demandent le double… Et surtout, l’idéal est de prendre les devants par rapport à la date du mariage. Il m’est arrivé d’en organiser un à la demande d’un couple en 2 mois mais alors on trouve les dernières salles disponibles et les traiteurs libres, peut-être pas sans raison, et c’est difficile de négocier les tarifs. Se donner 12 mois devant soi est l’idéal pour avoir le choix, les meilleurs prix et les professionnels que l’on souhaite.

Tout est-il réalisable pour un mariage ?

PD : Bien sûr mais j’ai une réputation de ‘madame niet’ à laquelle je tiens ! Je tiens d’abord à mettre les couples face à leur responsabilité et surtout face au stress du jour J. Quand par exemple, on me dit que les parents assureront la décoration de la salle pour économiser sur la décoratrice, je dis ok mais je rappelle la complexité de la tâche et l’absence d’assurance si par malchance papa tombe d’une échelle en accrochant des lampions. De quoi gâcher toute la fête sans oublier que la décoration est un métier et que ce n’est pas en quelques heures, même avec la meilleure volonté du monde, que l’on s’improvise designer. Pour une arrivée en bateau des mariés, je signale que la marée sera peut-être basse à l’heure de la cérémonie et que tout le monde n’aime pas forcément marcher dans la vase. Ou qu’un hélicoptère coûte cher de l’heure de vol et pose problème si des lignes à haute tension voisinent la salle où on veut amener les mariés. Mais oui sur le papier tout est envisageable. Juste une question de budget que j’annonce clairement. Par contre, j’insiste sur un petit détail, pas très onéreux lui, qui change souvent tout le confort des invités : dès qu’il y a des enfants, prendre une nounou ou une personne qualifiée pour les surveiller, occuper et garder durant la fête. Cela évite beaucoup de stress et de motifs de querelles !

Quelles sont les idées dans l’air pour être original sans grever son budget ?

PD : Toutes les idées sont bonnes et c’est en parlant à bâtons rompus entre le couple et la wedding planner qu’on se détermine à les concrétiser ou pas. Il peut s’agir de petites choses comme choisir une robe rouge ou autre couleur plutôt que blanc pour la mariée. Mais la tendance qui se profile est de se marier en hiver. Cela a de multiples avantages si on ne tient pas forcément au grand soleil. D’abord, la très grande majorité des prestataires et des salles seront bien plus disponibles, offrant ainsi un choix encore plus vaste. Surtout, les tarifs seront bien moins élevés : se marier en hiver, c’est économiser 30% du prix de cette journée inoubliable !

Recueillis par Yves Pouchard

Chrysa Lys propose (prix indicatif de 50 à 130 invités et pour 2017) :

  • Une formule Frisson à 1500€, comprenant création du cahier des charges, conception budgétaire, timing jour J, retro-planning, recherche des prestataires, négociation et comparatif.
  • Une formule Passion à 2500€, soit Frisson + coordination des prestataires
  • Une formule Sensation à 2750€, soit Passion + mise en place et démontage de la décoration.
  • Une formule Tentation à 3300€, soit Sensation + assistance sur place le jour J jusqu’à minuit.
  • Une formule Emotion à 3800€, soit Tentation + création complète de la décoration et création de la journée retour de noce.
  • Ces forfaits sont intégrés dans le coût final par invité et non pas en supplément.

www.chrysa-lys.fr

Accueil > Mariage > Et si on parlait