Bali

le mariage au soleil et sur la plage

Evasion

C’est lendroit paradisiaque dont raffolent Australiens, Néo-Zélandais, Indiens ou Chinois pour se marier, pour une lune de miel ou un anniversaire de mariage. A leur tour, les Européens commencent à céder aux charmes de… Bali. Nous avons donc fait le voyage, en couple, pour un test grandeur nature.

Premier constat : une escapade maritale à Bali, l’île hindouiste de l’Indonésie, nécessite d’anticiper le déplacement à quelque 14 heures d’avion de Paris. Sur place, aucun problème d’hébergement quel que soit le style que vous recherchez, de la guest-house au palace. Mais l’investissement dans l’aérien (de 500€ à 750€ aller-retour) peut dissuader un grand mariage à la bretonne de plus de 200 convives. Pourtant, tout est prêt sur place pour accueillir les amours les plus torrides ou intellectuelles, dans l’intimité ou le bling-bling. Un repas de fruits de mer en tête à tête sur une plage au clair de lune, une bénédiction religieuse au bord d’une piscine avec témoins, un rassemblement familial sur le sable, un délire musical entre amis, une escapade culturelle, ou un mix de tout cela… toutes les options sont ouvertes à Bali. Et les prestataires ne manquent pas. Pour son excellente réputation et sa façon de faire « dites vos envies et nous voyons comment les réaliser selon votre budget », nous avons choisi de rencontrer l’équipe de Varatrip, basé à Denpasar, la capitale de l’île.

Avec pas moins de 300 intervenants, musiciens, serveurs, vidéastes…, Varatrip assure plus de 100 « wedding events » par an sur Bali, un tous les 3 jours. Des mariages, des anniversaires de mariage ou des lunes de miel regroupant en moyenne 400 personnes. « Nous proposons des endroits insolites quand la plage ne suffit pas à l’exotisme, explique Vivi Maria, directrice de Varatrip. Si une bénédiction est souhaitée, nous trouvons un officiant dans n’importe quelle religion, qu’elle soit catholique, protestante, juive, musulmane, hindouiste ou autre. Et la musique qui charmera, du traditionnel balinais au disco en passant par le rock, le tango ou des cornemuses. » Du clé en main qui s’affine au cours d’échanges de mails. Puis il n’y a plus qu’à se laisser guider sur place où tout est prêt dès la descente d’avion. Bien sûr, pour peu que l’on se donne le temps de négocier soi-même (attention : une bonne pratique de l’anglais est alors nécessaire), il existe au moins deux autres formules, une soft et une cosy.

Côté soft

Sur Bali, on vous dira partout que le budget n’est pas un problème car il existe toujours une réponse festive à votre niveau d’attente. Avec une réputation portée depuis des lustres par les surfeurs, fêtards, couples amoureux, Jimbaran, près de Kuta, héberge une douzaine de restaurants de plage côte à côte, rivalisant de convivialité et d’ambiance. Pour ce test, nous avons choisi le Melati Bali Cafe. « Nous proposons au total 600 places pour le déjeuner ou le diner sur le sable, raconte le directeur de l’établissement. Les poissons et crustacés sont présentés vivants avant la cuisson pendant que les vagues font l’ambiance sur la plage. En deux équipes, c’est au total 15 personnes qui assurent le service car nos clients sont là avant tout pour se faire plaisir. » Sur un coin d’estrade, une chanteuse ou une danseuse assure l’ambiance sonore typiquement balinaise. Et ce sont presque toutes les langues de la planète que l’on entend monter des conversations. En grandes rangées, les tables avec petites bougies sont alignées à même le sable, l’endroit préféré entre amis. En avant, plus près de la mer, davantage d’intimité est réservé aux couples avec décoration de lampions multicolores et nappe blanche. C’est là que nous nous retrouvons. Sur la carte, un vaste choix de produits de la mer et quelques viandes. Site exceptionnel oblige, le tarif basique est d’environ 50€ par personne, boissons non comprises. Dans la semi obscurité, nous dégustons crevettes aux épices et un poisson local dont nous ne nous souviendrons jamais du nom. L’ensemble est plutôt copieux, mais dans un style plutôt barbecue. Après quelques mots doux à l’oreille, on s’amuse des chants et des éclats de rire émanant des grandes tablées. Sûr, nos copains auraient aimé être de la soirée…

Côté cosy

Après l’ambiance un rien kermesse de Jimbaran, changement de monde le lendemain pour notre ultime test. Nous avons réservé une suite « honeymoon » et un « romantic dinner » sur la plage (l’option chic minimale à notre avis) au Sadara Boutique Beach Resort, à Tanjung Benoa près de Nusa Dua. Une nouvelle équipe a pris en mains les destinées de cet établissement il y a un an et a choisi délibérément de séduire la clientèle française. Après travaux, la magnifique architecture balinaise des extérieurs a été conservée autour d’une immense place fleurie qui s’achève sur une des plus belles piscines de l’île, avec son bar dans l’eau. En plus des 80 chambres confortables, deux suites « honeymoon », toutes en miroirs, effets de lumière et tons bleus, ont été aménagées. Elles sont situées à l’extrémité du rez-de-chaussée de l’hôtel afin qu’il y ait le moins de passage possible devant le nid douillet. Sur la terrasse, deux transats fashion et un jacuzzi privé à l’eau à 30° couverte de pétales de roses. Et juste devant, la plage et la mer pour horizon.  « Pour l’instant, notre clientèle est surtout indienne et chinoise et leur rêve d’amoureux est de vivre un repas à la française aux chandelles, explique Ida Ayu Lestari, à la tête de l’établissement. Notre chef et nos serveurs ont été formés à cela. » Nous voilà donc prêt à rejoindre à notre tour une tente de drap blanc érigée sur le sable avec chemin de fleurs et lampes pour y parvenir. En retrait dans la pénombre, une demi-douzaine de serveurs attend de réaliser le moindre de nos souhaits. Le menu respire les terroirs de l’Hexagone : soupe à la crème de chou-fleur, saumon poivre et sauce balsamique, agneau pommes de terre nouvelles… avec un « champagne » local pour séduire le palais. Le menu complet, environ 125€ par personne, change tous les trois mois et mérite le déplacement. Alors que tout doit s’agiter autour de nous, la sensation d’être seuls au monde en tête à tête est confortée par le doux son des vagues s’échouant sur la plage, presque à nos pieds. C’est décidé, nous reviendrons à Bali et au Sadara courant 2017 pour cette fois le vrai mariage avec les amis, épatés à coup sûr par cette île au beau temps assuré toute l’année.

Sylvie et Yves Pouchard

Accueil > Mariage > Bali