Beauté

Le vegan,

l’avenir des cosmétiques ?

Pendant longtemps, ils ont été considérés comme des marginaux, pour ne pas dire des fous. Mais depuis quelque temps, le discours des adeptes du vegan est plus entendu. Jusque dans nos salles de bains.

Être vegan dans ses rituels beauté, c’est comme le véganisme dans l’assiette : zéro ingrédient d’origine animale. Exit donc le miel, la propolis, la cire, le lait ou la lanoline. Inutile de préciser que les produits vegans ne sont pas testés sur les animaux. « Cette communauté est très pointilleuse en matière de compositions. Mais elle est aussi très ouverte, on peut vraiment échanger avec eux », ajoute Chloé, de la boutique de cosmétiques bio, naturels et vegans Autour de Clélia.

Pour Laetitia Van de Walle, Vendéenne à l’origine de la marque vegan et zéro déchet Lamazuna, les choses bougent depuis la Cop 21. « Les gens ont pris conscience qu’il fallait changer de comportement. Ils se sont tournés naturellement vers les marques présentes sur le marché depuis plusieurs années. Comme Lamazuna ! ». Chloé acquiesce. « Mes clients consomment surtout bio. Mais, même si les vegans purs sont une minorité, ils sont en général hyper informés sur les produits, et sont contents de pouvoir diminuer leur empreinte carbone en achetant des articles en boutique plutôt que sur Internet ! Quant à ceux qui ne connaissent pas bien ce mouvement, ils sont surpris d’apprendre que les cosmétiques peuvent être vegans ».

 

 

« Apprendre à lire les étiquettes »

Pour le grand public, en revanche, le véganisme semble compliqué à mettre en place, comme l’explique Catherine, rencontrée dans la rue. « Je consomme bio, mais le vegan, c’est une autre dimension ! Ça me paraît compliqué d’éviter les compositions sans miel ou propolis. Pour moi, c’est surtout un effet de mode ». Même analyse pour Aline, l’effet de mode en moins : « La communauté vegan a des convictions fortes, et pour ça, elle est admirable. Mais je ne me sens pas capable d’adopter ces pratiques. Quant à la présence de substances d’origine animale dans les produits de soin, il doit y avoir des alternatives. Je vais d’ailleurs aller vérifier cela tout de suite dans ma salle de bains ! ». Pour ne pas se tromper, Chloé conseille « d’apprendre à lire les étiquettes pour repérer dans la liste des ingrédients ce qui est vegan et ce qui ne l’est pas ». OK, mais cela semble un peu laborieux pour les femmes pressées que nous sommes ! « On peut faire confiance aux marques labellisées vegan, » ajoute-t-elle. Là, c’est plus facile !

 

 

Les labels

À ce jour, aucun label vegan français n’existe. Reste à s’orienter vers les labels internationaux : les labels Cruelty Free et Vegan de la PETA, l’association américaine pour un traitement éthique des animaux, le label anglais The Vegan Society, et le label Certified Vegan, délivré par la fondation à but non lucratif américaine Vegan Awareness Foundation (Vegan Action).

 

 

Lamazuna

www.lamazuna.com

 

 

Autour de Clélia

8 rue Thomas de Closmadeuc, Vannes

02 97 48 94 73

Accueil > Beauté > Le vegan,